Publié le 9 Avril 2015

Cheesecake restructuré saumon, avocat {sans cuisson}

Rien de surprenant dans le mélange de saveurs de ce cheesecake. Le saumon fumé et l'avocat ont toujours fait bon ménage. Il devient peut-être un peu plus surprenant de réaliser une base aux flocons d'avoine, aux graines et aux herbes. Quoique...

Là où je me suis amusée, c'est à cacher le contenu du cheesecake habituellement directement accessible visuellement. Un peu comme la coque des Mystères glacés de mon enfance..!

Je vous laisse venir avec moi à la découverte du contenu de ce cheesecake très fondant et croustillant à la fois...

Cheesecake restructuré saumon, avocat {sans cuisson}

Pour 4 cheesecakes :

Pour le fond de biscuit :

  • 50g de flocons d’avoine
  • 10g de graines de sésame (et/ou autres graines au choix : tournesol, lin…)
  • 30g de beurre
  • Herbes en tous genres, algues séchées…
  • 2 tours de moulin à poivre
  • 1 pincée de sel

Pour l’appareil à cheesecake :

  • 2 avocats
  • 100g de fromage frais type Philadelphia
  • 2 CS de crème fraîche
  • 2 CC de jus de citron
  • Sel, poivre
  • 4 belles tranches de saumon

Matériel spécifique :

  • ½ sphères en silicone
Cheesecake restructuré saumon, avocat {sans cuisson}

Cette étape est facultative mais donnera du croustillant aux flocons d’avoine.

Préchauffer le four à 150°.

Etaler les flocons d’avoine et les graines sur un tapis en silicone et enfourner pour 10 minutes en remuant à mi-cuisson. L’ensemble va gagner en croustillant.

Sortir du four et laisser tiédir puis verser dans un bol.

Cheesecake restructuré saumon, avocat {sans cuisson}

Ajouter aux flocons d’avoine : les herbes, algues, sel et poivre et mélanger.

Faire fondre le beurre et l’incorporer au mélange aux céréales.

Tapisser les moules en ½ sphères de ce mélange et réserver au frais 1h.

Pendant ce temps, préparer l’appareil à cheesecake.

Ecraser la chair d’avocat avec le fromage frais, la crème, le jus de citron, sel et poivre.

Réserver au frais avant de s’en servir.

Pour le montage :

Sortir les moules du réfrigérateur. Tapisser l’intérieur des moules contenant la base de céréales avec les tranches de saumon.

Compléter avec la préparation à l’avocat.

Placer au réfrigérateur plusieurs heures avant de servir.

Cheesecake restructuré saumon, avocat {sans cuisson}

Et voici enfin l'intérieur de mon cheesecake^^.

Voir les commentaires

Rédigé par Perrine

Publié dans #Entrées et salades

Repost0

Publié le 3 Avril 2015

Hot cross buns à la noix, oranges confites et chocolat noir {à la farine de seigle}

Une recette que l’on retrouve le Vendredi Saint dans les pays anglo-saxons, traditionnellement à base de farine blanche et contenant des raisins secs, des zestes d’agrumes et des épices.

Ici, une version complètement retravaillée pour changer, même si la base reste la même, inspirée du blog Lost in London.

​C'est l'occasion pour moi de vous présenter la confiture de noix L'Epicurien (et ses cerneaux de noix incorporés!) et surtout faire le "teasing" de mon nouveau partenariat avec la société Imbert, spécialiste du marron ardéchois, installé à Aubenas. Beaucoup de promesses quant au goût de leurs produits de grande qualité (que j'ai déjà testés rapidement sur le SIRHA, salon international de la restauration et l'hôtellerie où nous nous sommes rencontrés), et beaucoup de recettes à venir, je ne vous en dis pas plus... Pour le moment, j'ai eu le privilège de goûter leurs excellentes oranges confites présentées dans le sirop, un bonheur pour les papilles.

Assez discuté, voici la recette en détails. C'est la première fois que je photographie quelques étapes intermédiaires, et je me suis amusée (même si c'est très long et qu'il faut constamment avoir les mains archi-propres, je salue le travail des blogueuses qui le font systématiquement!).

Hot cross buns à la noix, oranges confites et chocolat noir {à la farine de seigle}

Pour 12 buns (poids final pour chacun : 80-100g) :

- 1 œuf

- 300g de farine de seigle

- 400g de farine blanche de blé

- 80g de sucre en poudre

- 80g de beurre à température ambiante

- 80g de chocolat noir coupé en gros morceaux

- 80g d’oranges confites (chez Imbert pour moi)

- 6 CS de confiture de noix bien pleines (chez L’Epicurien pour moi)

- 2 CC d’épices à pain d’épices

- 15g de levure de boulanger

- 15cl d’eau

- 15cl de lait

- 1 pincée de sel

-

Pour la croix :

- 40g de farine

- 10g de beurre

- 5cl d’eau

- 1CS de sirop des oranges confites (ou 1 pincée de sucre)

- 1 pincée de sel

Hot cross buns à la noix, oranges confites et chocolat noir {à la farine de seigle}

Préparer tous les ingrédients de la pâte sur le plan de travail.

Couper le chocolat en gros morceaux, détailler les oranges confites en petits dés.

Mettre les farines, la levure, le sucre, la confiture de noix, le beurre mou, les épices, le sel, puis l’œuf, l’eau et le lait dans un saladier.

Mélanger pour faire une boule homogène, puis pétrir pendant 15 minutes.

En fin de pétrissage, incorporer le chocolat et les zestes d’oranges.

Former à nouveau une boule et recouvrir le saladier d’un linge propre (ma pâte est plus collante que celle présentée par Lost in London, j'ai donc réduit les proportions par rapport à sa recette dans la liste des ingrédients. Ici, je n'ai pas souhaité ajouter de farine, prenant le pari qu'elle serait réussie quand même, et je ne me suis pas trompée, le moelleux est vraiment là, on se retrouve presque avec ces petits pains allemands très aérés).

Hot cross buns à la noix, oranges confites et chocolat noir {à la farine de seigle}

Laisser pousser pendant 45 minutes dans une pièce chaude (j’ai mis dans mon four à 30°, le chocolat a commencé de fondre, quelques traces le trahissent sur les petits pains !). La pâte doit doubler de volume.

Chemiser un moule rectangulaire de papier sulfurisé.

Diviser la pâte en 12, former des boules et disposer celles-ci dans le moule (j’en ai mis 6 dans un moule).

Couvrir le (les) plat(s) du torchon et laisser à nouveau pousser pendant 45 minutes jusqu’à ce que la pâte double de volume.

Préchauffer le four à 210°.

Faire la pâte pour les croix :

Mélanger ensemble la farine, l’eau, le beurre fondu, le sirop (ou sucre) et sel.

A l’aide d’une poche à douille lisse, former des croix sur les boules de pain.

Enfourner pour 15 minutes ; les buns dorent joliment.

Hot cross buns à la noix, oranges confites et chocolat noir {à la farine de seigle}

A la sortie du four, Lost in London recommande de badigeonner les petits pains d’un glaçage fait avec de l’eau, du sucre et des épices. Je n’ai pas trouvé nécessaire d’ajouter cette étape.

A consommer dès la sortie du four avec un peu de beurre, ou encore de la confiture de noix, ou tout simplement sans ajout, avec les doigts !

Ces petits pains se congèlent aussi très bien. Les passer simplement 15 minutes au four avant de les déguster!

Hot cross buns à la noix, oranges confites et chocolat noir {à la farine de seigle}

Je n'ai pas l'habitude de faire du copier-coller, mais j'ai vraiment trop aimé l'historique de ces petits pains retrouvé sur le blog Lost in London:

Un peu d’histoire
Les hot cross buns sont un classique de Pâques dans la tradition anglo-saxonne. Il y a plusieurs raisons qui expliquent leur attachement à cette période de l’année.
Selon la tradition chrétienne, la croix dessinée sur les brioches représenterait la croix sur laquelle Jésus est mort et c’est la raison pour laquelle il est d’usage de les déguster le Vendredi Saint.
Mais les historiens retracent l’origine des Hot Cross Buns à une période encore plus lointaine. Les Anglo-saxons mangeaient des brioches décorées d’une croix en l’honneur d’Eostre, la déesse du printemps et de la fertilité.
Dans le folklore anglais, les brioches faites le Vendredi Saint ne moisissaient jamais et si elles étaient accrochées dans la cuisine, elles étaient censées protéger la maison du feu. Étonnant, non?! 
Source: Lost in London

-

Impossible de choisir une photographie plutôt qu'une autre, suit donc une petite série gourmande...

Hot cross buns à la noix, oranges confites et chocolat noir {à la farine de seigle}
Hot cross buns à la noix, oranges confites et chocolat noir {à la farine de seigle}
Hot cross buns à la noix, oranges confites et chocolat noir {à la farine de seigle}
Joyeuses Pâques!

Joyeuses Pâques!

Voir les commentaires

Rédigé par Perrine

Publié dans #Petit déjeuner, #gouters

Repost0

Publié le 27 Mars 2015

Bolo de fubá {à l’eau gazeuse}

Hébergée chez un ami lors de mon voyage au Brésil, sa mère nous a préparé pour le petit déjeuner un délicieux gâteau à base de farine de maïs. Coupé en cubes et mis dans un tupperware, nous l’avons fini pendant notre magnifique balade jusqu’aux gorges d’un parc naturel da serra do Cipó (Minas Gerais). Un arrêt bien mérité après une balade épique où nous avons dû traverser une rivière à gué, et découvert d’étranges fleurs et des ananas sauvages (en aviez-vous vu ?!) pendant nos longues heures de marche. Ce voyage, ce n’est autre que celui dont je vous parlais il y a plus d’un an ici. Que des bons souvenirs ! Et pour refaire LE gâteau de ma mémoire, exactement comme je l’ai aimé, j’en ai fait, des tests ! Et des loupés. Des gâteaux plats, des gâteaux trop plein de farine de maïs (et presque granuleux), des recettes reproduites mais qui ne m’ont pas satisfaites (avec du lait de coco, et même du parmesan !). Le bolo de fubá est un gâteau très épais et moelleux, plutôt fait pour le petit déjeuner (à mon goût), ou à accompagner d’une crème pour le déguster en dessert. La clé, c’est une préparation très aérienne avec des blancs d’œufs. Et pour faire mieux, j’y ai apporté ma petite touche personnelle : de l’eau gazeuse ! C’était incroyablement moelleux, vraiment. Dans la recette goûtée au Brésil, il y avait un délicieux mélange de sucre et de cannelle saupoudré sur le gâteau. Dans cette recette, j’ai choisi d’ajouter de la noix de coco, cela m’a semblé plus consensuel (tout le monde n’aime pas la cannelle) puisque j’apportais ce gâteau chez des amis. Qu’à cela ne tienne, maintenant que j’ai la base, j’y reviendrai !

Bolo de fubá {à l’eau gazeuse}
Bolo de fubá {à l’eau gazeuse}

Ce n’est pas un hasard si je vous propose cette recette maintenant. J’avais laissé de côté l’idée de réussir ce gâteau selon mes envies, mais lorsque j’ai lu la jolie initiative de Patou, du blog Karibo Sakafo!, qui se bat pour que le silence autour de l’endométriose soit rompu, j’ai absolument voulu participer avec cette idée recette. Moi-même, je ne connaissais pas cette maladie gynécologique féminine, qui touche 180 millions de femmes et qui ne connaît pas encore de remède efficace. Mars est le mois d’information sur l’endométriose. Patou agit à sa manière en invitant les blogueuses culinaires à rejoindre le mouvement en cuisinant une recette jaune. Un beau mouvement auquel j'ai souhaité participer!

Bolo de fubá {à l’eau gazeuse}

Je me suis inspirée du « gâteau très moelleux à la noix de coco et eau gazeuse » du blog Gourmandises sans frontières. Partant de cette base, j’ai supprimé toute la crème (qui doit magnifiquement se marier, mais ce n'était pas mon but ici!^^) et ajouté la farine de maïs pour obtenir le gâteau souhaité, enfin !

-

Pour un moule rond de 24cm de diamètre :

  • 4 œufs
  • 120g de sucre de canne
  • 90g de farine de maïs
  • 90g de farine de blé
  • 75g de noix de coco râpée
  • 10cl d’eau gazeuse
  • ½ sachet de levure chimique
  • Beurre pour le moule
Bolo de fubá {à l’eau gazeuse}

Préchauffer le four à 170°.

Séparer les blancs des jaunes d’œufs. Fouetter vivement les jaunes avec le sucre, jusqu’à ce que le mélange blanchisse.

Ajouter l’eau gazeuse, puis la noix de coco râpée, les farines et la levure.

Battre les blancs en neige bien ferme et les incorporer à la préparation précédente.

Beurrer un moule rond et verser la pâte dedans.

Enfourner pour 25 minutes, jusqu’à ce que la pointe d’un couteau ressorte sèche.

Bolo de fubá {à l’eau gazeuse}
Bolo de fubá {à l’eau gazeuse}

Voir les commentaires

Rédigé par Perrine

Publié dans #gouters, #Petit déjeuner

Repost0

Publié le 20 Mars 2015

Gâteau orange de ma grand-mère, revisité à la cardamome

Je vous ai déjà présenté une recette du calepin de ma grand-mère (utilisation des dernières pages vierges d'un fascicule sur les véhicules blindés... pour vous dire comme ça date..!): la brioche Renée, que j'avais déjà revisitée. Aujourd'hui, j'ai choisi son "gâteau orange", dont j'ai envie depuis bien longtemps. J'ai simplement ajouté de la cardamome pour apporter ma petite touche, ce n'est pas grand chose, mais c'était le petit plus qui a boosté la recette.

Gâteau orange de ma grand-mère, revisité à la cardamome

Sur le livret, vous pouvez lire globalement, en intégrant les annotations et ajouts :

Gâteau orange

Four <6>. 115g de beurre – 115g de sucre – 2 œufs entiers – 1 cuil.café levure chimique – ½ orange – ½ pelure très fine – 115g de farine

Quand il est cuit, mettre jus orange. 50m.

-

J’ai fait mon miel de cette recette minimaliste…

Gâteau orange de ma grand-mère, revisité à la cardamome

Pour 6-8 personnes :

  • 115g de farine
  • 115g de beurre mou
  • 115g de sucre
  • 2 œufs
  • 1 CC de levure chimique
  • 1 orange non traitée
  • 6 gousses de cardamome

-

Préchauffer le four à 180°.

Préparer l'orange:

Couper 2 belles tranches dans l’orange, leur retirer la peau et les couper en deux; réserver.

Prélever le zeste du reste de l'orange, garder de côté, et réserver la pulpe (le jus en sera extrait).

-

Préparer l'appareil à gâteau:

Battre les œufs avec le sucre au batteur électrique pendant environ 1 minute. Le mélange est bien mousseux, gonfle et blanchit.

Incorporer délicatement le beurre mou, puis la farine et la levure ainsi que les graines de cardamome concassées et les zestes d'orange.

Beurrer un moule à cake et déposer les morceaux entier d’orange au fond.

Verser la pâte dans le moule.

Enfourner pour 45-50 minutes, en fonction du four.

Couvrir d’un papier aluminium en cours de cuisson si le gâteau brunit beaucoup.

A la sortie du four, verser le jus du reste de l’orange sur le gâteau.

Laisser refroidir et déguster.

Gâteau orange de ma grand-mère, revisité à la cardamome

Voir les commentaires

Rédigé par Perrine

Publié dans #Desserts, #gouters

Repost0

Publié le 17 Mars 2015

Raclette végétarienne, légumes en 4 façons

D'aucuns diront qu'il est des plats traditionnels à ne pas changer. La raclette avec sa charcuterie de montagne en fait partie. Certes, une raclette sans charcut', cela mérite d'être fait! Mais avouez, mi-mars, vous commencez à en avoir assez dans la bedaine, de la charcuterie tout l'hiver!^^ Le fromage, c'est différent. On en redemande toute l'année. On n'est pas français pour rien. Alors c'est pour remédier à ces envies de fin d'hiver, de plats de fromage sans trop de lourdeur, que j'ai pensé à la raclette végétarienne. Rien de bien complexe dans l'idée, cela peut s'appliquer avec tous types de crudités et autres légumes, mais j'ai voulu quand même cuisiner pour apporter un petit plus à cette soirée qui, comme toute raclette party, se veut conviviale et inoubliable. Alors on allume le four, on sort poêles et casseroles, et en une heure, voilà une raclette végé goûteuse et délicieuse!

Cette idée n'est pas arrivée seule puisqu'elle m'est venue de retour du Jura avec un beau morceau de Mousseron, un fromage jurassien qui s'apparente au traditionnel fromage à raclette, alors qu'on avait alors déjà bien (trop?) profité sur place du bacon et des jambons locaux, de la saucisse au chou et autres spécialités du coin.

Les visuels ne sont pas terribles, j'en suis désolée, cela fait encore photos d'hiver sans luminosité naturelle... Bon, on dira que ça fait partie de l'ambiance dînatoire des tables à raclette!^^

--

Pour 2 personnes :

  • 400g de fromage à raclette (ou pour nous, du Mousseron, fromage du Haut-Jura)

Légumes crus :

  • 150g de champignons de Paris
  • Mâche (et sa vinaigrette si souhaité)

Pour le potimarron rôti :

  • ½ potimarron
  • 2 gousses d’ail
  • Herbes aromatiques
  • Sel, poivre

Pour les carottes glacées :

  • 3 carottes
  • 1 CS de sucre (sucre de canne ou rapadura de préférence)
  • 5-10cl d’eau
  • Beurre
  • 1 pincée de sel

Pour les pommes de terre à l'eau :

  • 4-6 grosses pommes de terre
  • Gros sel

Pour accompagner :

  • Un vin rouge type mondeuse ou un vin blanc de Savoie type roussette (et pour nous, un vin blanc du Jura)

Matériel spécifique :

  • Un appareil à raclette
  • Papier cuisson
Raclette végétarienne, légumes en 4 façons

Préparer le potimarron rôti au four et son ail en chemise :

Préchauffer le four à 180°.

Retirer les graines, éplucher le potimarron (facultatif), le laver puis le couper en quartiers d’environ 2cm d’épaisseur.

Déposer les quartiers sur une plaque recouverte d’un tapis en silicone (ou de papier cuisson).

Badigeonner le potimarron d’huile d’olive (pour ma part, à l’aide d’un pinceau, d’autres aspergeront les quartiers d’huile d’olive).

Saler et poivrer, saupoudrer d’herbes aromatiques.

Ajouter les gousses d’ail sur le tapis et enfourner pour 30 minutes.

Retourner à mi-cuisson.

Raclette végétarienne, légumes en 4 façons

Préparer les carottes glacées :

Eplucher les carottes et les couper en rondelles assez épaisses.

Faire chauffer une poêle et y faire fondre le beurre. Ajouter les carottes en une couche, saupoudrer de sucre, ajouter l’eau bouillante jusqu’au niveau des légumes puis recouvrir de papier cuisson en prenant garde à ce qu’il soit bien en contact avec les carottes et le liquide (pas d’air entre le papier et la préparation).

Laisser cuire ainsi 30 minutes.

Raclette végétarienne, légumes en 4 façons

Pendant ce temps, préparer les pommes de terre à l'eau :

Laver les pommes de terre, les plonger dans une grande casserole d’eau salée, porter à ébullition et laisser cuire pendant 30 minutes au moins.

Préparer les légumes crus :

Laver et éplucher les champignons. Les laisser tremper 15 minutes dans de l'eau froide additionnée de vinaigre blanc. Rincer puis couper les champignons en lamelles.

Laver la mâche, retirer les queues (facultatif).

Raclette végétarienne, légumes en 4 façons

Couper le fromage en lamelles (retirer la peau ou non).

-

Chacun peut ensuite faire couler le fromage fondu sur les légumes dans l’assiette, ou choisir de faire cuire les champignons dans le poêlon ou réchauffer les autres légumes avec le fromage.

Bonne dégustation !

Raclette végétarienne, légumes en 4 façons

Avec cette recette, je participe au concours de Food Addict sur le thème du Plat végétarien préféré. Je crois que cette raclette pourrait bien marquer une préférence, effectivement!^^

Voir les commentaires

Rédigé par Perrine

Publié dans #plats complets, #plat végétarien

Repost0

Publié le 13 Mars 2015

Potimarron farci aux champignons des bois, aux carottes et aux châtaignes

La recette pas compliquée de la semaine, pour un max de saveurs! Un appréciable dîner après une grosse journée de travail (il faut quand même s'y prendre un peu à l'avance, mais le résultat en vaut la peine!).

Pour 2 personnes :

  • ½ potimarron
  • 75g de lardons fumés
  • 2 carottes
  • 20g de champignons des bois séchés
  • 20g de pain rassis
  • 1 échalote
  • 5cl de vin blanc
  • Quelques belles châtaignes
  • Comté (quantité selon goût)
  • Graines de courge (facultatif)

-

Préchauffer le four à 200°.

Y placer les châtaignes fendues et faire cuire 30 minutes.

Eplucher les carottes et les couper en rondelles. Les faire cuire 30 minutes à la vapeur.

Pendant ce temps, suivre les indications du paquet pour la réhydratation des champignons. Pour moi, c’est porter l’eau contenant les champignons à ébullition et la maintenir pendant 7 minutes, puis laisser se réhydrater dans le liquide de cuisson pendant 10 minutes avant utilisation.

Pendant ce temps, éplucher l’échalote et l’émincer finement. La faire revenir dans un peu d’huile d’olive.

Ajouter les lardons fumés. Laisser dorer quelques minutes en remuant de temps en temps.

Verser le vin blanc dans la poêle. Maintenir le feu vif jusqu’à ce que le vin soit évaporé.

Baisser le feu et incorporer les champignons des bois. Laisser cuire quelques minutes en remuant de temps en temps.

Par ailleurs, couper le pain rassis en dés (cela servira à absorber l’humidité).

Eplucher les châtaignes, les détailler en gros morceaux.

Ecraser les carottes en purée (à la fourchette ou au presse-purée plutôt qu’au mixeur pour qu’il reste des morceaux).

Mélanger toutes les préparations.

Evider le potimarron. Le garnir de la farce.

Le placer dans un plat et l’enrober de papier aluminium.

Enfourner pour au moins 1 heure.

Sortir le plat du four, retirer le papier aluminium et râper le fromage sur la farce.

Placer à nouveau dans le four pour 10 minutes.

Servir aussitôt agrémenté de quelques graines de courge, accompagné d’une salade verte.

Potimarron farci aux champignons des bois, aux carottes et aux châtaignes

Voir les commentaires

Rédigé par Perrine

Publié dans #plats complets

Repost0

Publié le 9 Mars 2015

Tartelette crue aux pommes, rosace de pommes juste poêlées

Depuis le début de la saison des pommes, cette recette me travaille. Depuis que j'ai découvert eXOse aussi (présenté plusieurs fois ici), et que je me suis dit que cela ferait un excellent mélange. Depuis octobre donc.

J'ai mis le temps à passer à exécution cette recette. Je voulais une pâte crue, mais ne pouvais m'empêcher de penser que des pommes à peine cuites s'accorderaient parfaitement en goût et en mélange de textures. Alors après réflexion, j'ai choisi une pâte crue, une garniture crue à la pomme, le tout surmonté de quartier de pommes juste poêlés.

Dans la réalisation de la tarte crue aux pommes (ou raw apple pie), 2 recettes m'ont guidées, j'en a pioché les éléments qui me plaisaient pour obtenir la tarte de mon imagination^^: la tartelette crue à la butternut et à l'orange d'Angie, présentée au salon du blog culinaire à Soissons! et la tarte crue aux pommes de l'association Manger Santé.

Et puis j'ai poêlé mes quartiers de pommes pour terminer la réalisation. On obtient tout ce que je souhaitais, un dessert gourmand fruité et pas trop sucré, un mélange de saveurs et de textures qui mènent en exploration vers des contrées peu connues... La tarte crue, c'est effectivement à découvrir!

Tartelette crue aux pommes, rosace de pommes juste poêlées

Pour 2 tartelettes :

Pour la pâte :

  • 6 dattes dénoyautées
  • 20g de noix de coco râpée
  • 30g d’amandes en poudre
  • 1 CC de cranberries séchées
  • 1 CC d’eXOse, sucre de raisin (ou sirop d’agave, ou miel, ou sirop d’érable)
  • 1 CC de cacao en poudre (facultatif)

Pour la garniture à la pomme :

  • 1 pomme
  • 1 CC de jus de citron
  • 1 CC de purée d’amandes blanche

Pour la rosace à la pomme :

Tartelette crue aux pommes, rosace de pommes juste poêlées

Mixer ensemble tous les ingrédients de la pâte.

Tasser la pâte au fond de 2 cercles de présentation.

Placer au réfrigérateur pour au moins 30 minutes.

Tartelette crue aux pommes, rosace de pommes juste poêlées

Pendant ce temps, préparer la garniture aux pommes :

Eplucher la pomme et la râper. Mélanger au citron pour éviter l’oxydation. Incorporer la purée d’amandes.

Egoutter si nécessaire, puis placer sur la pâte dans les cercles.

Tartelette crue aux pommes, rosace de pommes juste poêlées

Préparer la rosace à la pomme :

Eplucher la pomme et la couper en lamelles.

Chauffer une poêle et y ajouter un morceau de beurre.

Faire poêler doucement les pommes pendant une dizaine de minutes en les retournant une fois.

Laisser refroidir.

Passer au montage :

Retirer les cercles de présentation.

Disposer les pommes en rosace sur les tartelettes à la pomme crue.

Badigeonner d’eXOse nouvelle barrique (ou miel, ou sirop d’érable) à l’aide d’un pinceau à pâtisserie.

Placer à nouveau 30 minutes au frais avant de servir.

Tartelette crue aux pommes, rosace de pommes juste poêlées

Voir les commentaires

Rédigé par Perrine

Publié dans #Desserts

Repost0

Publié le 2 Mars 2015

Tempuras de racines de lotus

La racine de lotus, kesako?! Un adorable légume asiatique dont les caractéristiques se rapprochent de celles de la pomme de terre. Vous aurez plein d'info intéressantes en suivant ce lien.

Pour ma part, j'ai découvert la racine de lotus il y a 2 ans lors de mon séjour au Japon. J'en avais rapporté des rondelles sous-vide, et c'est comme cela qu'on les trouve plus facilement en France. Cette fois-ci, c'est une amie japonaise qui m'a apporté une racine de lotus fraîche du Japon.

Tempuras de racines de lotus

D'apparence, n'est-ce pas vraiment mignon?! Au palais, l'opération séduction se poursuit. De par la texture et le goût, je lui trouve un petit côté "topinambour" irrésistible!

En aparté, du point de vue nutritionnel, la racine de lotus contient bien de l'amidon comme la pomme de terre, contrairement au topinambour, mais l'idée qui me vient en le mangeant, c'est bien le topinambour.

Pour préserver tout ce côté que j'aime dans la racine de lotus, je l'ai toujours cuisinée en tempura. N'ayant pas de préparation spéciale pour tempura ni de farine de riz, j'ai fait un mix de plusieurs recettes pour obtenir la pâte à tempura qui me convient et que tout le monde peut faire facilement avec les ingrédients du placard!

Pour une entrée ou un apéritif original et vite préparé!

Pour 20 beignets :

  • 175g de racine de lotus
  • Huile de friture
  • Farine

Pour la pâte à tempura :

  • 50g de farine de blé
  • 50g de maïzena
  • 20cl d’eau gazeuse glacée
  • ½ sachet de levure chimique
Tempuras de racines de lotus

Laver et éplucher la racine de lotus. La rincer à nouveau. La couper en rondelles de quelques millimètres d’épaisseur.

Tremper les rondelles dans un bol de farine et retirer l’excédent (cela permettra à la pâte à tempura d’adhérer).

Mettre l’huile à chauffer dans une poêle jusqu’à atteindre 180° et maintenir cette température.

Mélanger les ingrédients secs de la pâte à tempura. Ajouter en fouettant doucement l’eau gazeuse (qui a été longuement réfrigérée et placée 15 minutes au congélateur avant de s’en servir).

Utiliser la pâte à tempura immédiatement.

Tremper les rondelles de racine de lotus dans la pâte et les placer dans le bain d’huile.

Retourner une fois après quelques minutes de cuisson. Les beignets colorent légèrement.

Déposer sur du papier absorbant.

Déguster immédiatement.

Tempuras de racines de lotus

Voir les commentaires

Rédigé par Perrine

Publié dans #Entrées et salades

Repost0

Publié le 23 Février 2015

Gaufres à la pistache, sauce épaisse au chocolat {inspirées de Pierre Hermé}

J'ai pioché l'idée et les ingrédients chez Pierre Hermé qui fait un sandwich de gaufres à la pistache avec une crème au chocolat entre les deux. Pour la réalisation, je n'avais plus la recette sous les yeux, j'ai donc fait à mon idée.

J'ai aussi tenté une version avec du caramel au beurre salé dans la pâte à gaufre, mais le goût n'était pas assez prononcé pour que ce soit une réussite. Et si j'en avais mis plus, cela aurait été trop sucré et trop humide... Bref, restons sur la pâte à gaufres à la pistache, un goût délicieusement décadent! ...sans parler de la sauce au chocolat, que Pierre Hermé prépare au jaune d’œuf mais pour laquelle j'ai choisi une autre solution qui m'a entièrement satisfaite!

Gaufres à la pistache, sauce épaisse au chocolat {inspirées de Pierre Hermé}

Pour 10 petites gaufres :

  • 25g de jaune d’œuf (environ 1 gros jaune)
  • 25g de blanc d’œuf (environ 2/3 d’un blanc de gros œuf)
  • 55g de farine
  • 50g de sucre de canne
  • 95g de crème liquide entière bien froide
  • 20g de lait
  • 45g de beurre fondu refroidi
  • 30g de pâte de pistache ou de crème de pistache l’Epicurien
  • ½ CC de levure chimique
  • 0,5g de fleur de sel

Pour la sauce épaisse au chocolat :

  • 100g de chocolat noir
  • 12,5cl de lait
  • 12,5cl de crème liquide
  • 60g de sucre (selon Pierre Hermé, je n’en ai pas ajouté, les gaufres me semblaient déjà bien assez sucrées)
  • 1 CS de maïzena (60g de jaune d’œuf pour Pierre Hermé)
Gaufres à la pistache, sauce épaisse au chocolat {inspirées de Pierre Hermé}

Préparer la pâte à gaufres :

Faire fondre le beurre et le laisser refroidir.

Fouetter le jaune d’œuf avec le sucre jusqu’à ce que le mélange blanchisse.

Incorporer le lait et la pâte (ou crème) de pistache à la préparation précédente.

Ajouter le beurre, la farine, la levure chimique et la fleur de sel.

Battre les œufs en neige, les incorporer délicatement à la préparation.

Monter la crème au batteur pour qu’elle soit bien ferme et l’incorporer au mélange.

Réserver au frais 1 heure.

Pendant ce temps, préparer la crème épaisse au chocolat (j’ai souhaité la verser tiède sur les gaufres, Pierre Hermé recommande de préparer sa sauce, qui ressemble plus à une crème anglaise, la veille) :

Incorporer la maïzena au mélange lait-crème froid.

Porter le tout à ébullition.

Verser sur le chocolat haché et mélanger jusqu’à obtenir une consistance lisse et homogène (Pierre Hermé recommande l’utilisation d’un mixer plongeant).

Cuire les gaufres dans un gaufrier. Déguster avec la sauce au chocolat tiède ou froide.

Gaufres à la pistache, sauce épaisse au chocolat {inspirées de Pierre Hermé}

Voir les commentaires

Rédigé par Perrine

Publié dans #gouters

Repost0

Publié le 19 Février 2015

Tartare de céleri et pomme au gingembre, crevette sautée sel et poivre

Une bouchée apéritive moderne et agréable d'inspiration chinoise (mais pas que) pour fêter le nouvel an chinois!

Pour 4 cuillères de présentation :

Pour le tartare de pomme et céleri :

Pour les crevettes sautées :

  • 4 crevettes
  • Fleur de sel
  • Poivre de Sichuan ou poivre noir
Tartare de céleri et pomme au gingembre, crevette sautée sel et poivre

Préparer le tartare :

Laver le céleri et le couper en fins morceaux. Réserver dans un bol.

Eplucher la demi-pomme et la couper en petits morceaux. L’ajouter au céleri et asperger de jus de citron.

Ajouter le gingembre, bien mélanger et réserver le tartare au frais.

Laisser mariner une petite heure.

-

Préparer les crevettes :

Bien les rincer sous l’eau claire.

Décortiquer les crevettes en prenant soin de garder leur queue pour la décoration. Retirer le boyau noir.

Les laver à nouveau, les égoutter et les déposer sur du papier absorbant.

Faire chauffer l’huile dans une poêle.

Mélanger les crevettes au sel et au poivre (quantités selon goût).

Les faire sauter 1 à 2 minutes dans la poêle en remuant de temps en temps.

Tartare de céleri et pomme au gingembre, crevette sautée sel et poivre

Procéder au montage :

Déposer une grosse cuillère à café de tartare au fond de cuillères ou de coupelles de présentation.

Ajouter d’une crevette encore tiède.

Déguster aussitôt.

Tartare de céleri et pomme au gingembre, crevette sautée sel et poivre

Voir les commentaires

Rédigé par Perrine

Publié dans #amuse-bouches

Repost0